Vincent Cespedes

La philosophie appliquée

Découvrez le Jeu du Phénix

19juil. 2014

Closer, machine à encoupler (Rue89)

Prenez une bise. La bise parisienne d’après restau : joue gauche, joue droite, avec main dans le dos. Une seconde ; quinze clichés. Publiés séparément, trois de ces clichés donneront l’impression d’une marche langoureuse bras dessus, bras dessous (la main dans le dos, qui précède l’approche des visages), puis d’une tension érotique suprême où les visages se sourient à quelques centimètres l’un de l’autre (l’immédiate après-bise), puis d’un baiser hollywoodien (la bise, prise de dos pour qu’on ne voit pas où tombent les bouches). Bref, un simple jeu de slowmotion sordide comme Closer sait les concocter, avec un baratin pro-encouplement comme les lecteurs de Closer les affectionnent.

IMG_2661.jpg

Lire la suite

14juil. 2014

Remise de Prix, Concours Général 2014

La société se régénère au contact de sa jeunesse

Vincent Cespedes, lors de la cérémonie de remise des prix du Concours Général 2014 (Paris, Sorbonne).

11juil. 2014

"Kinés, artisans du bonheur de demain"


Vincent Cespedes, invité aux 16ème Assises de la Kinésithérapie (La Grande-Motte, 15 juin 2014).

Lire la suite

17juin 2014

Les sujets du Bac Philo 2014

Un tour d'horizon improvisé sur les 6 dissertations des séries S, ES et L.

Série S
Vivons-nous pour être heureux ?

Lire la suite

11juin 2014

La philosophie en 2114

Invité au Forum Changer d'Ère #2 le 5 juin 2014 (Cité des Sciences et de l'Industrie, Paris), dans un exercice inédit de futurologie intellectuelle, Vincent Cespedes nous parle de la philosophie du siècle prochain, de l'avènement de la civilisation connective, de son premier danger - le Deep Curse, la désincarnation robotisante des affects et des liens - ainsi que de la philosophie "thumétique" - issue du thumos, l'impétuosité humaine.

24mai 2014

TEDxToulouse - 24 mai 2014

Vincent Cespedes sera l'un des speakers du TEDxToulouse, édition 2014.

toulouse_tedx.jpg

Lire la suite

29avr. 2014

"J'y crois tellement, à l'onde de charme !" (Sophie Marceau)

Capture_d_ecran_2014-04-20_a_03.17.29.png

Une rencontre inspirante entre l'actrice Sophie Marceau et le philosophe Vincent Cespedes, dans le prochain numéro de Vogue en kiosque le 29 avril.

Lire la suite

26avr. 2014

TEDxCannes : "Happiness and Business"

Capture_d_ecran_2014-04-20_a_03.45.36.png

Le 26 avril 2014, Vincent Cespedes sera l'un des speakers du TEDxCannes pour sa première édition consacrée au thème : "Happiness and Business".

Lire la suite

24avr. 2014

Le bonheur est-il inné ?

Vincent Cespedes, invité à l'émission "Encore heureux" le 24 avril 2014 sur France Inter.

Pour vous procurer "Magique étude du Bonheur" (Larousse, 2010) :

Broché
sur amazon.fr

sur fnac.com

En e-book, cliquez ici !

13avr. 2014

Les Rendez-vous du futur

La 25e émission des RDV du Futur est consacrée au philosophe, notamment autour son dernier ouvrage, L'Ambition ou l'épopée de soi (Flammarion).

09avr. 2014

How long does it take to become young again: Vincent Cespedes at TEDx MinesNancy


Vincent Cespedes is a French philosopher and essay writter. He has resigned his teaching job in order to turn himself entirely to writing. As a real jack of all trades, open to the world, he writes contemporary music and paintings. As a columnist on the radio and on TV, he is one of the main French philosophers according to several newspapers. He talks about youth feeling in a talk where he assumes that this feeling is not inherent to youth. Then, the actual question is not "How to stay young" but rather "How to become young again" and this comes necessarily through irreverence, friendship and philosophy.

05avr. 2014

L'ambition et les femmes

Vincent Cespedes, auteur de L'Ambition ou l'épopée de soi, invité au Forum ELLE Active 2014.

Lire la suite

02avr. 2014

À la recherche du nouveau Nous (Rue89)

Capture_d_ecran_2014-04-02_a_10.16.37.png

Qu’est devenue la subjectivité à l’heure d’Internet ? Et si la désaffection du politique provenait moins d’une perte de crédibilité des politiciens, et davantage du focus hystérique de soi sur soi encouragé par les technologies de communication et les réseaux sociaux ? En quête d’un nouveau « Nous », le philosophe Vincent Cespedes se livre à une analyse décapante des dérives de l’iMe (prononcez « aïe-mi », comprenez « Moi-Je »).

LIRE L'ARTICLE SUR RUE89

28mar. 2014

L'ambition : opportunisme ou vertu ? (dîner-débat)

Capture_d_ecran_2014-03-14_a_14.52.59.png

L'IAE au féminin invite Vincent Cespedes, auteur de « L’Ambition ou l’épopée de soi » (Ed. Flammarion) à faire une conférence le vendredi 28 mars 2014, suivie d’un dîner-débat.
Restaurant Le Cristo 20, rue Legendre. Paris 17ème (Métro Villiers).
Accueil à partir de 19h.

Inscription obligatoire ici !

23mar. 2014

J'aime donc je suis : philosophie de l'amour (Le Mouv')

Invité dans l'émission de Giulia Foïs, Vincent Cespedes parle de sa philosophie de l'amour.

ACHATS SUR FNAC.COM

Pour vous procurer J'aime donc je suis (Larousse), cliquez ici !

Pour vous procurer Le Jeu du Phénix (Flammarion), cliquez ici !

21mar. 2014

Parfum et philosophie

Pour le lancement de son nouveau jus, Alien, Eau extraordinaire, la maison Mugler collabore avec le philosophe Vincent Cespedes. L'occasion d'un dialogue.

Capture_d_e_cran_2014-03-21_a__14.57.56.png

Lire la suite

10mar. 2014

La diversité en entreprise

Vincent Cespedes, invité par l'Ambassade des États-Unis d'Amérique à parler de la diversité en entreprise pour la 3ème édition du Prix Washburne de l'innovation pour l'égalité des chances.

25fév. 2014

La bêtise connective (Huffington Post)

Capture_d_e_cran_2014-02-24_a__23.57.55.png

Voilà comment la Cause-Jouissance est progressivement devenue le nouvel Alpha et Oméga de la personnalité bureaucratique, du moins pour des citoyens-consommateurs hyperconnectés, généralement misogynes et sous-politisés, en attente de chocs militants et d'émotions fortes.

Lire l'article dans le Huffington Post

18fév. 2014

Les hommes aujourd'hui (RTL)

"On est fait pour s'entendre", une émission de Flavie Flament.

30351_383332131750102_1744976848_n.jpg

Nait-on homme ou le devient-on ?
Comment les hommes vivent-ils leur évolution ?
Qu’attendent-ils des femmes ?

Écouter l'émission en podcast

ACHETER EN LIGNE

L'Homme expliqué aux femmes, J'ai Lu, 2012, 5,70€.
Fnac.com : cliquez ici !
Amazon.fr : cliquez ici !

Rejoignez le Groupe Facebook

11janv. 2014

Interview dans Management magazine

Ambition__Management_.jpg

Vincent Cespedes, interviewé dans Management à propos de son dernier ouvrage, ''L'Ambition ou l'épopée de soi" (Flammarion).

Dans son dernier ouvrage, l’essayiste Vincent Cespedes réhabilite la notion d’ambition, trop souvent assimilée au carriérisme. Explications.

Management : Pourquoi l’ambition ­a-t-elle si mauvaise réputation ?
Vincent Cespedes : Historiquement, les élites bourgeoises et aristocratiques ont toujours valorisé l’ambition pour leurs semblables, tout en prêchant l’humilité pour le reste de la société. Les classes moyennes et populaires ont ainsi intégré l’idée qu’elles devaient se ­satisfaire de leur condition et réprimer toute volonté de l’améliorer. A l’inverse, le gratin de la société s’est senti obligé de nourrir des ambitions, même lorsqu’il n’en ressentait pas le besoin. D’où l’existence d’individus qui ne désirent pas profondément changer les choses : ils sont ambitieux par convention, mais ils tournent en fait à vide. On a donc un tabou social d’un côté et un devoir moral de l’autre.

Management : Vous déplorez que l’entreprise soit en panne d’ambition…
Vincent Cespedes : Oui, car les deux conceptions que je critique y sont ­dominantes : d’une part, une ambition ­«censurante», qui se traduit par une peur ­panique de l’échec et une incapacité à pren­dre des risques. De l’autre, une ambition «démonstrative», où l’individu est tenu de montrer qu’il est le meilleur, quitte à aller jusqu’au burn-out. Ces deux aspects contribuent à délégitimer l’ambition aux yeux du plus grand nombre.

Management : Comment se traduit, ­selon vous, une saine ambition ?
Vincent Cespedes : L’ambition n’est un moteur que si elle s’accompagne de courage et d’envie. Etre ambitieux, c’est traduire sa passion en actes. Pour cela, il faut savoir accepter l’échec. Une personne qui n’échoue jamais ou qui refuse de le reconnaître n’a aucune raison de quitter sa zone de confort. Un ambitieux, à ­l’inverse, cherche toujours à guérir la blessure d’un échec et à corriger le tir. C’est également une condition sine qua non pour générer de l’ambition chez les autres : un bon tuteur ­partage sa passion tout en reconnaissant ses propres erreurs.

Management : L’ambition d’un seul individu ne s’exprime-t-elle pas forcément au détriment du groupe ?
Vincent Cespedes : Il ne faut pas confondre l’ambition «démonstrative», qui se traduit par une mise en concurrence exacerbée des individus, et l’ambition «expressive», fondée sur la passion individuelle et l’émulation collective. Je défends ce dernier concept : il permet d’unifier le groupe autour d’un projet. C’est d’ailleurs bien le défi posé aux chefs d’entreprise et aux managers. Le mot latin ambitus – qui signifie «briguer un mandat» – désignait, dans l’Antiquité romaine, le fait de démarcher le peuple pour se faire élire aux diverses magistratures. Aujourd’hui encore, un véritable ambitieux enthousiasme son entourage, qui le perçoit comme un modèle à suivre. Cela engendre une saine émulation, du latin aemulatio, qui désigne le désir d’égaler une personne que l’on admire, de se hisser à son niveau. Ces vocations individuelles se muent en épopée collective. « Tout ce qui monte converge », affirmait le philosophe Pierre Teilhard de Chardin.

Management : Vous critiquez vigoureusement le coaching dans votre livre…
Vincent Cespedes : Je dénonce la dictature du positif. Trop de coachs préconisent l’optimisme comme point de départ. Mais la passion ne se décrète pas, elle ne s’insuffle pas à grand renfort de recettes, dont raffolent les arrivistes du développement personnel : « Vends-toi toi-même ! », « Je gère, donc je suis», «Je veux, donc je peux »… La vie n’est pas un sport ! Et on n’est jamais exclusivement gagnant ou perdant.

Management : Pourquoi l’ambition est-elle, selon vous, un processus sans retour en arrière possible ?
Vincent Cespedes : Au départ, l’ambitieux n’hésite pas à distordre le réel afin de prendre appui dessus, en ­levant des fonds pour lancer son activité, par exemple. En retour, cependant, il est aspiré par ce qu’il a engendré : des personnes ont misé sur lui, des emplois dépendent de lui… Il ne peut plus faire marche arrière ! Dans ­un troisième temps, ce monde ainsi transformé lui donne de nouvelles idées, il nourrit d’au­tres rêves à accomplir. Une fois emporté dans ce mouvement perpétuel, il est pratiquement impossible d’en sortir. Comme l’écrit Nietz­sche : « Qui atteint son idéal par là même le dépasse ».

Management : Faut-il avoir un grain de folie pour être ambitieux ?
Vincent Cespedes : De Socrate à Madonna, les témoigna­ges ­d’ambitieux inspirés par un «appel intérieur» foisonnent. C’est cet élan qui permet de se lancer sans frein ni limite vers un «moi lointain» hors de portée et d’oser plonger dans l’inconnu. Cette dialectique a longtemps été dénoncée comme funeste ou névrotique par les moralistes de tous bords. Je pense pour ma part qu’il n’y a rien de plus beau.

Management : Vous regrettez le manque d’ambition des femmes dans le monde du travail…
Vincent Cespedes : Les sondages montrent qu’une majorité d’entre elles associent l’ambition à la virilité, à la démonstration de force et au carriérisme. Du coup, elles ont tendance à penser que ça n’est pas fait pour elles et s’en tiennent éloignées. La majorité espèrent simplement «s’épanouir au travail», un slogan zen et sirupeux qui ne veut rien dire. Les femmes doivent comprendre, contre la culture machiste malheureusement dominante, que l’ambition ne se réduit pas au bien-être ni au déploiement de l’ego. Elle est foncièrement politique : c’est une envie impérieuse d’améliorer les choses.

Propos recueillis par Fabien Trécourt

Acheter en ligne

Page Facebook officielle du livre

facebook.com/Metavouloir

- page 1 de 5